Le syndicalisme fait partie du patrimoine vivant de l’humanité et de la démocratie. Fait social devenu universel, il a d’abord émergé en Europe avec la révolution industrielle, et y est resté depuis profondément enraciné.

L’histoire plus que séculaire de la CGT s’inscrit dans cet ensemble. Née de la volonté des salariés de s’organiser collectivement et durablement pour défendre leurs intérêts face à l’oppression et à l’exploitation, pour conquérir des droits et les faire valoir, pour imaginer un monde plus juste et proposer des voies pour y parvenir, sont le cœur de son action syndicale.

Bâtie selon deux dimensions professionnelles et géographiques, la CGT s’est forgée et constituée au fil de l’histoire autour d’une conception de solidarité entre les salariés qui combine l’ancrage à l’entreprise et à son environnement territorial. Cliquez ici pour plus d’info sur la Confédération Générale du Travail.

La CGT rassemble des organisations professionnelles nationales, fédérations ou syndicats nationaux. La CGT compte 33 fédérations professionnelles nationales sont constituées des syndicats relevant d’une ou plusieurs branches professionnelles comme la fédération des travailleurs de la métallurgie (FTM CGT). Elle impulse et coordonne l’activité revendicative professionnelle. Elle a en charge les négociations collectives relevant de son champ professionnel (accord de branche, conventions collectives, salaires minimaux conventionnels…). La FTM CGT regroupe ainsi la convention de la métallurgie, celle des services de l’automobiles ( Garages, stations services, parking, auto-école), celle du  machinisme agricole et enfin celle du matériel aéraulique, frigorifique et thermique et celle de la bijouterie, joaillerie et de l’orfèvrerie.

Le code NAF ou APE figurant sur la fiche de paie permet de connaître la convention collective dont dépend l’entreprise, ainsi que la fédération nationale CGT.

LA FTM-CGT a mis en place des outils fédéraux qui ont pour but de rassembler les métallurgistes à partir de leurs besoins.

  • sur les départements : les Union Syndicale des Travailleurs de la Métallurgie (USTM), Comité de Coordination Métallurgie  (CCM) et les collectifs Ingénieurs Cadres et Techniciens (UFICT) et retraités (UFR).
  • sur les localités : les collectifs  métaux dans les unions locales.
  • sur les groupes avec des coordinations de syndicats pour traiter des questions sociales et économiques, nationales et  internationales.

Dans ce menu CGT métallurgie, découvrez les autres composantes fédérales !

La direction fédérale

Lors de chaque congrès, la construction de la future direction fédérale (Comité Exécutif Fédéral) est issue d’une réflexion collective. Le CEF a la responsabilité d’animer la Fédération pendant les trois années de son mandat. Ce sont les délégués au congrès qui ont la charge la nouvelle direction fédérale à partir des avis et propositions de candidatures émanant des syndicats et de propositions du CEf sortant. En termes de fonctionnement, le Comité Exécutif Fédéral se réunit en principe chaque mois.

Les statuts

Les statuts de la fédération sont régulièrement modifiés lors des congrès. Les raisons des modifications ont plusieurs origines. Certaines sont d’ordre juridique. D’autres sont proposées par le CEF ou les syndicats en fonction des évolutions des pratiques syndicales de la fédération.

Nos orientations

En amont de  chaque congrès, la direction fédérale sortante soumet aux syndicats un projet de document d’orientation. C’est un acte important dans la préparation du congrès. Ce document est réalisé pour alimenter les discussions dans assemblées générales des syndicats. Les syndicats proposent ensuite des changements par le biais d’amendements qui seront ensuite débattus et votés  lors du congrès.